Jeunesse·Lectures 2016·Mes chroniques·romance

Songe à la douceur de Clémentine Beauvais

Le 06 octobre 2016

Synopsis :

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ? Songe à la douceur , c’est l’histoire de ces deux histoires d’un amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans à ce moment-là d’une vie peuvent changer. Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaikovsky – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie.

couv39246155

Mon avis :

 Il y a quelques mois, au printemps, si je me souviens bien, je découvrais le premier roman de Clémentine Beauvais, Les Petites reines. J’avais passé un excellent moment avec ce roman plein d’humour,  mais qui délivrait tout de même un message.

Quand j’ai entendu que son second roman sortait cet été, je me suis jetée dessus. Il était qualifié de très bon et de différent, et je le confirme.

Ici ce roman mais en avant une jolie histoire d’amour, une romance somme toute classique, comme on peut en lire dans tout un tas d’autres livres. Je ne peux pas dire que je n’ai pas été insensible à l’histoire, cela serait mentir, car je me suis vraiment laissée embarquer dans les retrouvailles entre Eugène et Tatiana. Je dis retrouvailles, puisqu’ils se sont connus bien plus jeunes puis perdus de vue suite à un événement dramatique. A l’époque la jeune Tatiana était déjà amoureuse d’Eugène. Mais ça n’était pas vraiment partagé, surtout à cause de leur différence d’âge.

Je disais donc que ce qui fait la force de ce roman, ça n’est pas pour moi l’histoire en elle-même, mais c’est la façon dont il est écrit. En effet, la toute jeune auteure Clémentine Beauvais, réussit ici la prouesse d’écrire tout son roman, en vers à la façon d’un poème.

Je ne suis pas spécialement fan de poésie, je l’avoue, j’ai toujours trouvé ça assez rébarbatif voir complexe.

Je me suis demandée si j’arriverais à lire ce livre, écrit d’une telle façon, si je n’allais pas trouver ça ennuyeux, et franchement non. Je me suis prise au jeu très vite, après quelques lignes.

Ce qui fait donc la force de ce roman, c’est surtout son écriture, qui peut permettre de faire découvrir aux plus jeunes, les ados en particulier, le monde de l’écriture en vers, la rendre plus accessible, lui donner un petit souffle de modernité, sur un art qui à la réputation d’être un peu « démodé ».

Pour moi, ce roman n’est pas le roman du siècle c’est clair, mais il met en lumière tout le talent d’une jeune auteure à l’avenir prometteur !

A découvrir aux Editions Sarbacane depuis aout 2016.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Songe à la douceur de Clémentine Beauvais »

  1. J’avais un peu peur justement de la façon dont ce roman est écrit mais pour le coup, tu as réussi à me piquer ma curiosité ! Sans doute que je le lirai un de ces jours, histoire de voir comment Clémentine Beauvais s’en sort avec la poésie !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s