drame·Littérature contemporaine·Mes chroniques·Partenariats & Services Presses

Je m’appelle Léon de Kit de Waal

Le 30 août 2016

Synopsis :

Leon, 9 ans, est un garçon courageux. Quand un jour sa mère n’arrive plus à se lever le matin, il s’occupe de son demi-frère Jake. Quand l’assistante sociale emmène les deux garçons chez Maureen au gros ventre et aux bras de boxeur, c’est lui qui sait de quoi le bébé a besoin. Mais quand on lui enlève son frère et qu’on lui dit que chez ses nouveaux parents il n’y a pas de place pour un grand garçon à la peau sombre, c’en est trop. Heureusement Leon rencontre Tufty, qui est grand et fort, qui fait du vélo comme lui et qui, dans son jardin, lui apprend comment prendre soin d’une petite plante fragile. Mais Leon n’oublie pas sa promesse de retrouver Jake et de réunir les siens comme avant. Le jour où il entend une conversation qui ne lui était pas destinée, il décide de passer à l’action…

couv7567211

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Les Editions Kero et NetGalley pour leur confiance. J’ouvre donc le bal de la Rentrée Littéraire, avec un beau roman tendre, et émouvant. Il s’agit de Je m’appelle Leon de Kit De Waal.

Leon est un enfant métis de neuf ans, grand pour son âge et surtout très débrouillard. En effet, la vie ne lui a pas vraiment laissé le choix. Sa mère est dépressive et quasiment incapable de s’occuper de lui. Dès le début du livre, tout se complique très vite pour Léon, puisque sa mère vient d’avoir un deuxième enfant, un petit garçon prénommé Jake.

Léon avec ses petits moyens devient très vite le père de substitution du nourrisson, remplaçant sa mère de plus en plus souvent. Un très grand lien unit alors les deux garçons.

Mais très vite au bout de quelques mois, la situation devient ingérable pour le jeune Léon, et les services sociaux entrent dans la partie. Léon et Jake sont placés en famille d’accueil chez Maureen, une dame adorable. Le problème c’est que cette situation temporaire ne va pas pouvoir s’éterniser. L’adoption de Jake n’est qu’une formalité, mais celle de Léon qui n’est pas blanc et qui a déjà neuf ans, est bien plus délicate, surtout qu’il est grand pour son âge.

On décide de séparer les deux frères, et c’est alors un déchirement pour Léon.

J’ai vraiment été touché par ce roman, en particulier par l’écriture tendre et naïve de l’auteur, qui nous permet de comprendre les tourments de Léon, sa vie et ses soucis d’enfants.

Le personnage de Léon m’a bouleversé. C’est un petit garçon courageux, qui subit de plein fouet la démission des adultes dans sa vie. Tout d’abord celle de ses parents, puis celle des services sociaux qui cèdent à la facilité, en sacrifiant l’un des enfants, Léon, au profit de Jake.

Mais Léon est un battant, et alors que ce livre aurait dû être triste et mélancolique, il est souvent joyeux et porteur d’espoir. Car ce petit bonhomme sera trouver du bonheur grâce à des personnes bienveillantes qui seront l’entourer dans les moments les plus difficiles. Pour faire sourire un enfant, il ne faut parfois pas grand chose, une main tendue, un sourire, des bonbons, des barres chocolatées, une émission de Télé, ou même un super vélo BMX pour explorer le quartier et découvrir de nouvelles personnes et de nouvelles activités.

Si vous aimez les livres touchants, les romans porteurs d’espoir, alors je vous conseille ce très beau roman.

Il est à découvrir aux Editions Kero depuis le 25 août 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s