Historique·Jeunesse·Lectures 2016·Mes chroniques

Nummer de Frederic Staniland

Le 04 mai 2016

Synopsis :

1er septembre 1939. Toni vient de passer la frontière alsacienne. Son père et les emblèmes nazis sont derrière lui, en Autriche. Mais ici à Algolsheim, c’est l’ordre d’évacuation générale, tout le monde fuit. Et très vite, l’adolescent se sait poursuivi. Espions Allemands puis Anglais semblent rechercher quelqu’un ou quelque chose dans les prémisses d’une guerre annoncée.
De nos jours, un octogénaire, Séraphin, découvre chez un vieil ami disparu un mystérieux manuscrit, Nummer, écrit en allemand gothique durant la seconde guerre mondiale, ainsi que d’étranges messages, éparpillés dans sa maison… Quel message a voulu laisser son ami ? Aidé de jeunes voisins un peu envahissants, Pauline et Gabriel, il va tenter de résoudre l’énigme de « NUMMER » qui le mènera, entre autre, sur le chemin de son passé et de celui de Toni…

couv36262017

Mon avis :

Voici enfin mon avis sur Nummer de Frederic Staniland que j’ai fini ce weekend. Il s’agit d’un roman jeunesse historique que j’ai tout particulièrement apprécié. Il s’alterne sur deux époques, tout d’abord, la plus importante, les prémisses de la seconde guerre mondiale, avec l’évacuation d’une partie de l’Alsace, celle qui longe la fameuse ligne Maginot, et la frontière Allemande. Ensuite, il y a une seconde partie, celle qui se passe de nos jours à Lyon. Les chapitres s’alternent à chaque fois, et nous comprenons très vite que les deux « affaires » sont étroitement liées. Mais nous ne cernons pas de suite ce fameux lien.

Mais reprenons en détails, chaque partie, sans trop vous en dévoiler, évidement.

Toni est d’origine Autrichienne, il était à bord d’un train qui traversait l’Allemagne pour prendre un ferry direction l’Angleterre, mais il n’ira pas jusque là. En effet, il a sauté du train, en Allemagne pour rejoindre la frontière française, et tenter de rejoindre Lyon. Si son père est autrichien, sa mère était française, mais il n’a plus aucune nouvelle d’elle depuis qu’elle les a abandonnés lui et son père, il y a des années de ça. Elle avait de la famille à Lyon, et Toni espère y retrouver sa trace. Mais l’histoire avec un grand H, bousculera très vite ses projets, puisqu’il arrive en Alsace, alors que cette dernière est en pleine évacuation par les militaires. Que cache Toni ? Qui est-il ? Pourquoi traîne-t-il derrière lui sa fameuse valise attribuée du numéro 136 ? Elle n’est pas pratique, pour un tel voyage, elle est surtout très encombrante.

Ensuite, dans les chapitres qui se passent de nos jours, nous faisons la connaissance de Seraphin, un vieil homme qui est appelé à la rescousse par les petites filles d’une connaissance. Cette personne, il l’a croisé quelques mois durant la seconde guerre mondiale, mais il ne l’a jamais revu. Il est donc très étonné que ce dernier avant de mourir, ait fait savoir à ses petites filles, qu’il souhaitait que ce soit Séraphin qui vide sa maison. Il s’agit d’une sorte de musée, très mal organisé, avec des objets d’époque. Mais très vite; Séraphin qui a fini par accepter cette tache, finit par découvrir des choses étranges. Que cachait son ami ?

Nummer est un roman très prenant, il s’y passe énormément de choses, en particulier dans la partie qui se déroule en 1939. Mais ce qui m’a énormément plu, c’est justement ce côté historique. Nummer procède a un véritable devoir de mémoire, et il s’adresse aux plus jeunes.

On y découvre des gens ni plus ni moins chassés de chez eux, pour une région éloignée. Ils y laissent leurs maisons, leurs souvenirs, mais aussi les animaux de ferme. On imagine la douleur atroce pour eux. Surtout que la région Alsace Lorraine avait déjà été frappée deux fois, dans les années précédentes et dans des époques pas si lointaines.

J’ai aimé également le retournement de situation et la découverte du secret de l’ami de Séraphin.

Nummer est également un livre dur, qui même s’il s’adresse aux adolescents à partir de douze ans, a réussi à me choquer par la fin atroce de l’un des personnages principaux. Il nous rappelle l’une des plus grandes horreurs commises par les Nazis en France.

En bref, Nummer est une petite merveille littéraire. C’est un roman prenant et addictif mais qui en plus possède un gros côté pédagogique et historique.

A découvrir aux Editions Scrineo depuis octobre 2014

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Nummer de Frederic Staniland »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s