Lecture 2015·Mes chroniques·Partenariats & Services Presses·Uncategorized

La griffue de Jacques Béal

Le 1er décembre 2015

Synopsis :

Entre 1832 et 1848, une plongée romanesque dans l’univers des derniers chasse-marée, entre Paris et Boulogne-sur-Mer, sur les pas d’une jeune femme volontaire surnommée « la Griffue », qui devra puiser dans les secrets de sa famille pour comprendre la disparition étrange du père tant aimé.
D’un accident qui aurait pu lui être fatal, elle a gardé une cicatrice sur le visage. Et un surnom : la Griffue. Mais là n’est pas sa seule singularité. A vingt ans, Marie-Suzanne Fortin est la digne héritière d’une grande dynastie de chasse-marée. Elle doit livrer le meilleur et le plus frais des poissons du port de Boulogne jusqu’aux Halles de Paris, avec son attelage galopant à vive allure sur la route du Poisson. Un exploit. Et une passion. Car Marie-Suzanne n’aime rien tant que sa liberté, ses chevaux, la criée de Boulogne et le monde haut en couleur du ventre de Paris…
Mais, en 1843, la mort pour le moins étrange de son père, chasse-marée aguerri, contraint la jeune femme à revenir sur les zones d’ombre et les secrets de sa famille…

Une plongée romanesque dans l’univers passionnant des derniers chasse-marée.

couv71534284

320 pages

Mon avis :

Aujourd’hui je vais vous parler de l’une de mes dernières lectures, un excellent roman du terroir, un vrai, comme je les aime.

Jacques Béal s’est attaché ici à nous rappeler, un métier oublié depuis longtemps, un métier qui est lié à la culture de ma région, puisque je suis originaire de Dunkerque, port voisin de Boulogne sur mer, dont il est question ici dans ce roman. Il s’agit des chasse-marée, ces hommes qui transportaient le poisson depuis le retour des navires de pêche, jusqu’à leurs différents clients. Un métier dangereux, à l’époque, à travers les routes, et les forêts, les chemins défoncés, la nuit bien souvent, par tous les temps, hiver comme été, durant plusieurs heures, avec le seul moyen de locomotion de l’époque, des charrettes et des attelages allant tambours battant, de Boulogne sur mer à la capitale.

C’est donc dans cet univers, que Jacques Béal plonge le lecteur. En fait, ici l’histoire tourne autour de deux thèmes. Le premier, comme je l’ai dit au-dessus, autour de ce métier déjà en perdition dans le roman, face à la concurrence des chemins de fer.

Le second thème est une vraie saga familiale. Dès le départ, nous sommes absorbés par une histoire terrible. Le père de notre héroïne est sur la route pour apporter sa précieuse cargaison, et il décède lors de ce trajet, lui qui est si prudent, si aguerri, un homme d’expérience. Marie-Suzanne, notre héroïne, est la digne héritière de son père, après une période de deuil, elle décide rapidement de reprendre la tête de l’entreprise de son père. Mais il s’agit d’un monde d’hommes, un monde dans lequel, elle va devoir faire ses preuves et montrer qu’elle a sa place.

Mais voilà, tout est bien plus compliqué qu’il n’y parait. Son frère, marin-pécheur était brouillé avec son père. Il fait valoir sa part d’héritage, et tente de mettre des bâtons dans les roues de sa sœur. Marie-Suzanne découvre également des dossiers dans le bureau de son père, des dossiers compromettant pour son frère. De plus un doute subsiste toujours sur le décès de son père, s’agit-il réellement d’un simple accident ?

La Griffue est un roman qui mêle habilement aventures et saga familiale, ainsi que tradition et culture des produits de la mer. J’ai tout simplement adoré cette histoire qui a su m’emporter.

L’écriture est addictive, bien menée. Nous faisons des allers-retours dans l’enfance de notre héroïne, et ça nous permet de mieux cerner sa forte personnalité. Il s’agit d’un livre assez rythmé, et dynamique.

En bref j’ai passé un excellent moment avec ce roman passionnant.

Un roman à découvrir aux Editions Presses de la Cité (Collection Terres de France) depuis le 10 novembre 2015. Je les remercie pour leur confiance, et pour m’avoir permis de découvrir ce petit bijou de la littérature du Terroir.

Publicités

3 réflexions au sujet de « La griffue de Jacques Béal »

  1. C’est un roman que j’aimerais et qui me fait penser à un autre du même genre, que j’ai lu il y a maintenant plusieurs années et où il était aussi question d’une fille de pêcheur du Touquet… Le palais dans les dunes, d’Annie Degroote, je ne sais pas si tu l’as lu…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s