Lecture 2015·Mes chroniques

Le train des orphelins de Christina Baker Kline

Le 09 novembre 2015

Synopsis :

Pour son premier roman publié en France, Christina Baker Kline revisite une page méconnue de l’histoire des États-Unis, les trains d’orphelins envoyés vers l’Ouest pour servir de main-d’oeuvre gratuite. En 1929, la petite Vivian, 7 ans, récemment arrivée d’Irlande, embarque dans l’un d’entre eux sans savoir qu’elle va vivre un bien cruel voyage et être quasiment réduite en esclavage… De nos jours, elle dévoile enfin son passé à Mollie, une orpheline indienne de 17 ans. Lumineux !

couv15511978

432 pages

Mon avis :

Aujourd’hui je vous présente un roman que j’ai vraiment énormément apprécié, il était sorti en avant-première chez France Loisirs, le printemps dernier, mais depuis il est également sorti chez Belfond. J’ai enfin pris le temps de le lire, et je ne regrette absolument pas.

Le train des orphelins, c’est l’histoire de deux personnages féminins. Il s’agit de Vivian une octogénaire encore dynamique qui va prendre sous son aile Molie, une adolescente un peu rebelle, mais surtout fragile. Elles ont un point commun, elles sont toutes les deux orphelines. Vivian comprend très bien ce que peut ressentir Molie, et elle va lui faire ouvrir les yeux, sur sa vie, en lui dévoilant la sienne.

Vivian a changé plusieurs fois de nom durant son enfance. Elle est d’origine Irlandaise, et elle était arrivée à New York avec ses parents, et frères et sœurs dans l’espoir d’une vie meilleure. Malheureusement, le sort s’acharnera une fois de plus sur elle, et elle sera la seule survivante d’un incendie qui a décimé sa famille. Dans les années 20, les orphelins courraient les rues à New York, et une association a eu l’idée d’envoyer des trains vers les contrées de l’ouest pour trouver des familles à ces jeunes enfants. Si l’idée partait d’une très bonne intention, malheureusement l’association a été très vite dépassée, et s’est très vite contenté de distribué les enfants à n’importe qui, tant qu’ils en faisaient la demande. Les enfants ayant trouvés une famille aimante ont été très peu nombreux, la majorité ayant échouée dans des familles pour s’occuper des basses besognes, allant parfois jusqu’à l’esclavage, ou même la prostitution pour les jeunes filles. Une horreur !

Cette période de l’histoire des Etats Unis est méconnue du grand public, pour ma part, j’avoue que j’en ai pris connaissance il y a seulement quelques années avec La bande dessinée du même nom que ce roman, Le train des orphelins.

Vivian a donc échoué de familles en familles, travaillant très dure, avant de finir par trouver une famille digne de ce nom. Et même lorsqu’on pense qu’elle sera enfin heureuse, le destin une nouvelle fois la frappera durement.

Molie n’a bien évidement pas la même histoire que Vivian, mais malgré les années qui séparent leurs deux destins, on y retrouve des similitudes.

J’ai beaucoup aimé ce livre, les allers-retours dans le passé sont parfaitement menés. L’écriture est belle, parfois envoûtante, malgré les difficultés rencontrées par nos deux héroïnes.

Un grand roman historique comme je les aime, je vous le conseille !

A découvrir depuis le printemps 2015 chez France Loisirs ou depuis septembre 2015 chez Belfond.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le train des orphelins de Christina Baker Kline »

  1. J’ai adoré moi aussi ! Je connaissais les expéditions des orphelins de New-York vers l’ouest américain mais je trouve que l’auteure ici a a fait quelque chose de très très bien ! Je n’ai vraiment pas été déçue par son roman !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s