Lectures 2014·Mes chroniques

La cuisinière de Mary Beth Keane

Le 05 mai 2014

Synopsis :

Immigrée irlandaise courageuse et obstinée arrivée seule à New York à la fin du XIXe siècle, Mary Mallon travaille comme lingère avant de se découvrir un talent caché pour la cuisine. Malheureusement, dans toutes les maisons bourgeoises où elle est employée, les gens contractent la typhoïde, et certains en meurent. Mary, de son côté, ne présente aucun symptôme de la maladie. Au contraire, sa robustesse est presque indécente. Des médecins finissent par s’intéresser à son cas, mais la cuisinière déteste qu’on l’observe comme une bête curieuse et refuse de coopérer. Pourquoi la traite-t-on comme une malade alors qu’elle est en parfaite santé ? Les autorités sanitaires, qui la considèrent comme dangereuse décident de l’envoyer en quarantaine sur une île au large de Manhattan. Commence alors pour Mary Mallon, femme indépendante, un combat à armes inégales pour sa liberté…

la cuisinière

Les premières lignes :

La journée commença par du lait caillé. Le pire était à venir. Tu es allée trop vite, se houspille Mary, lorsqu’on lui renvoya le lait à la cuisine dans son pot en porcelaine., accompagné d’une note de M. Kinkenbauer exigeant que cette négligence ne se reproduise plus. Il était fatigué, elle en avait conscience, d’avoir entendu l’enfant pleurer toute la nuit, et de l’avoir entendu gémir, et de l’avoir entendu réclamer qu’on le berce. Et, il était soucieux…

Mon avis : 

Je remercie Ingrid qui a eu la gentillesse de ma prêter ce livre, il m’a vraiment plu et je vous le recommande.

Avec La cuisinière, le lecteur se plonge dans le New York du début du 20ème siècle. Il s’agit déjà d’une très grande ville, en pleine expansion, mais qui malheureusement connait de gros problèmes de propretés et d’insalubrité, notamment dans certains quartiers. Les épidémies y font parfois légions. Mais voilà, la médecine commence à faire des progrès, surtout en matière de recherches. Un médecin va commencer à émettre l’hypothèse du porteur sain, en particulier pour la Diphtérie. Et quand des épidémies se déclarent dans les beaux quartiers, il va mener son enquête, et suivre Mary à la trace.

Mary est un personnage moderne pour son époque. Elle a un caractère bien trempé, et elle sait ce qu’elle veut. Elle vit « librement » avec Alfred, un homme qui pourtant ne la mérite pas, mais elle l’aime plus que tout. Mary est d’origine Irlandaise, et quand elle arrive à New York, elle commence à travailler comme Blanchisseuse, mais bien vite, elle se découvre une vraie passion pour la cuisine.

Un jour, un Médecin, Le docteur Sopper, l’aborde et lui parle de la Typhoïde, il lui explique qu’elle propage la maladie en cuisinant. Mary refuse de le croire et de se soumettre. Mais le docteur est tenace, il ne la lâchera plus, jusqu’à son arrestation et son exil forcé sur North Brother Island au large de Manhattan.

J’ai vraiment apprécié cette lecture, d’un côté, on a un peu de mal à comprendre Mary, pourquoi continue-t-elle à cuisiner, n’a-t-elle pas le moindre doute quant à sa condition de porteur sain ? Elle a pourtant vu des personnes mourir autour d’elle. Mais en même temps, à cette époque, la médecine n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui, et Mary n’avait jamais eu la Tiphoïde, alors comment aurait-elle pu être immunisée.Et d’un autre côté, j’ai été révoltée par l’arrestation de Mary, et surtout par son bannissement. Elle est mis à l’isolement, soumis toutes les semaines à une batterie d’examens, dont elle n’a jamais les résultats.Durant notre lecture, nous apprenons à connaitre Mary, son passé, sa vie. Nous avons l’impression de mener le combat pour sa liberté, avec elle.

Mary Beth Keane, nous livre ici un roman historique d’une époque pas si lointaine, ou les inégalités sociales étaient grandes. New York si elle était en pleine essor, restait une ville ou il ne faisait pas toujours bon vivre, en particulier pour les classes sociales les moins aisées.

L’écriture de ce roman est simple mais juste, certains passages ont un rythme assez lent, mais ça ne m’a pas dérangé, ils collent parfaitement avec la vie en autarcie de Mary sur North Brother Island.

En bref, j’ai aimé le côté historique de ce roman que j’ai vraiment trouvé bien travaillé.L’histoire de  Mary m’a paru tout aussi intéressante. Je vous le recommande.

Ce roman a été publié en Février 2014 aux Editions Presses de la Cité.

Publicités

7 réflexions au sujet de « La cuisinière de Mary Beth Keane »

  1. Oui oui oui, tu recommandes évidemment mais moi je manque de temps ! Bon il est dans ma pal urgente c’est déjà une avancée ….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s