Lectures 2014·Mes chroniques

Central Park de Guillaume Musso

Le 15/04/2014

Synopsis :

Alice et Gabriel n’ont aucun souvenir de la nuit dernière…
… pourtant, ils ne sont pas près de l’oublier.

New York, huit heures du matin.
Alice, jeune flic parisienne, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l’un à l’autre sur un banc de Central Park.

Ils ne se connaissent pas et n’ont aucun souvenir de leur rencontre. La veille au soir, Alice faisait la fête avec ses copines sur les Champs-Élysées tandis que Gabriel jouait du piano dans un club de Dublin.

Impossible ? Et pourtant…

Les questions succèdent à la stupéfaction. Comment se sont-ils retrouvés dans une situation aussi périlleuse ? D’où provient le sang qui tache le chemisier d’Alice ? Pourquoi manque-t-il une balle dans son arme ?
Pour comprendre ce qui leur arrive et renouer les fils de leurs vies, Alice et Gabriel n’ont pas d’autre choix que de faire équipe. La vérité qu’ils vont découvrir va bouleverser leur existence…

central park

Les premières lignes :

D’abord le souffle vif et piquant du vent qui balaie un visage. Le bruissement léger des feuillages. Le murmure distant d’un ruisseau. Le piaillement discret des oiseaux. Les premiers rayons du soleil que l’on devine à travers le voile de paupières encore closes. Puis le craquement des branches. L’odeur de la terre mouillée. Celle des feuilles en décomposition. Les notes boisées et puissantes du lichen gris. Plus loin, un bourdonnement incertain, onirique, dissonant.

Mon avis :

Je viens de lire mon premier Musso….

Oui j’avoue, je n’avais jamais lu de cet auteur, pourtant « archi » connu, et gros vendeurs de romans. Pas parce que j’en avais pas envie, tout simplement j’en ai d’abord jamais vraiment eu l’occasion, et ensuite, j’en n’ai jamais pris le temps.

Alice et Gabriel ne se connaissent pas. Elle est flic et française, et lui est musicien et américain. La veille au soir, elle était à Paris en train de faire la fête avec des amies, et lui jouait dans un club de Jazz Irlandais à Dublin. Et pourtant, au petit matin, ils sont menottés l’un à l’autre, sur un banc, à New York à Central Park. Ils n’ont aucun souvenir de la nuit. Alice est méfiante qui est cet homme qui ne lui dit certainement pas toute la vérité. Mais elle n’a pas de téléphone, pas de papiers d’identité, et pas d’argent. Pour s’en sortir, elle n’a d’autre choix que de lui faire confiance, du moins en apparence.

Pour nous aider à résoudre ce mystère, des retours dans le passé d’Alice vont être nécessaires. Au début, ces retours en arrière m’ont grandement dérangée, j’avais l’impression que ça cassait mon rythme de lecture, puis peu à peu, j’ai compris que le tout était lié.

Alors verdict, est ce que j’ai aimé ? Et bien oui, et non. On va dire que je suis un peu partagée, j’ai dévoré ce livre que j’ai trouvé assez addictif, je l’avoue, mais je n’ai pas été totalement convaincue, en particulier par la fin, mais je vais développer ma pensée…

Le gros point positif de ce roman, c’est qu’on entre directement dans l’histoire, dès les premières lignes. Ensuite, j’ai été happée par ma lecture, et j’ai vraiment eu du mal à m’arrêter de lire. Sans parler de suspens haletant, on va dire que je me suis énormément posée de questions, et que pour trouver la réponse, pas le choix, il fallait que je tourne les pages.

Je ne parlerai pas non plus d’ambiance angoissante, sauf juste avant la fin, ou là, je me suis dit non c’est pas possible, et tout à coup on change de chapitre, et là vlan, le soufflet retombe, l’ambiance change complètement, les explications arrivent et éclairent le scénario sous un angle complètement différent qui malheureusement ne me convainc pas du tout, c’est dommage.

Est-ce que je relirai du Musso ? Et bien, oui, j’en suis certaine, car même si je suis ressortie déçue par la fin du roman, j’ai tout de même apprécié le plus gros de ce livre, et l’écriture fluide et addictive de Guillaume Musso. Je suis vraiment contente d’avoir sauté le pas.

Ce roman est disponible aux Editions XO depuis mars 2014.

Publicités

10 réflexions au sujet de « Central Park de Guillaume Musso »

  1. Je peux comprendre ton ressenti lorsque les explications arrivent. Pour ma part, ce n’était que mon 2ème Guillaume Musso,j’avais lu « Demain » auparavant. J’ai littéralement dévoré Central Park 🙂

    J'aime

  2. eh ben c’est marrant parce que j’ai exactement le même ressenti que toi! Mais bizarrement, ce n’était pas le même titre! à croire que Musso a une trame sur laquelle il se calque pour créer le côté haletant, mais la profondeur du récit n’est pas au rendez-vous! Par contre, on est beaucoup à vouloir encore en lire! C’est peut être ça qui est fort avec lui?! Je verrai bien si mon second me laissera encore une envie pour un troisième!

    J'aime

  3. Tiens, ce livre me tente beaucoup depuis sa sortie… Mais j’attendrai qu’il sorte en poche … J’ai le temps ^^
    D’ici là, j’ai dans ma PAL Demain, que j’ai hâte de lire.
    Sinon, tu dis que tu as été déçue de la fin, j’avais ressenti cela dans la fille de papier :/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s