Lectures 2014·Mes chroniques·Partenariats & Services Presses

Mon père est parti à la guerre de John BOYNE

Le 30 mars 2014

Synopsis :

28 juillet 1914. Le jour où la guerre éclate, le père d’Alfie promet qu’il ne s’engagera pas. Et rompt sa promesse le lendemain. Quatre ans plus tard, Alfie ignore où il se trouver. Est-il en mission secrète comme le prétend sa mère ? Alfie veut retrouver son père.

mon père est parti à la guerre

Les premières lignes :

Chaque soir, avant de s’endormir, Alfie Summerfield s’efforçait de se remémorer à quoi ressemblait sa vie avant le début de la guerre. Plus le temps passait et plus il avait du mal à garder ses souvenirs intacts. 

Les combats avaient commencé le 28 juillet 1914. Certains pourraient ne pas se rappeler cette date avec autant de précision, mais Alfie, lui, ne l’oublierait jamais. C’était le jour de son anniversaire. Il avait cinq ans…

Mon avis :

Centenaire de la grande guerre oblige, nous voyons fleurir chez les libraires de nombreux romans sur ce thème. Je dois avouer, que la première guerre mondiale est une période de l’histoire que je trouve très intéressante, et je suis donc ravie d’avoir pu découvrir ce roman de John Boyne, auteur que je ne connaissais que de nom.

Au début du roman, Alphie se souvient de ses cinq ans, et il nous raconte son anniversaire quelques peu raté par les annulations successives des invités. En effet, on allait pas faire la fête, un jour comme celui-ci ! C’est le début de la guerre.

Mais le pire est l’ambiance à la maison. Son père parle de s’engager, sa mère, elle, ne veut pas. Quant à sa grand-mère, elle ne cesse de rabâcher, cette fois-ci, c’est la fin, c’est la fin. Malgré le souhait d’Alfie et sa mère, son père s’engagera bel et bien dès le lendemain, de toute façon a guerre ne durera pas, elle sera terminée avant Noël, tout le monde le dit. Il partira quelques jours plus tard, la fleur au fusil, pour le camps d’entrainement, avant de prendre la direction du continent. Si au début les lettres sont très rapprochés et le ton joyeux, elles se font rapidement de plus en plus rare et de plus en plus sombres et incompréhensibles, jusqu’à disparaître totalement.

Alfie est persuadé que son père est mort, il a neuf ans aujourd’hui, et ça fait quatre ans que son père est parti. Il y a deux ans qu’ils n’ont plus de nouvelles. Sa mère lui dit que c’est normal parce qu’il est parti en mission secrète pour le gouvernement, mais Alfie n’y croit pas.

Ce livre nous permet de voir la vie durant La Grande guerre à travers les yeux d’un enfant. Plus que les combats, c’est surtout de la vie quotidienne à cette époque, que traite ce roman. La vie est alors difficile, sans les maris pour ramener le salaire à la maison. La mère d’Aphie enchaîne les différents emplois. Alfie l’aide à sa manière. Il est très courageux.

Mais ce roman nous expose également les dénonciations calomnieuse par la peur des gens. En effet, on connait surtout les dénonciations de juifs pendant la seconde guerre mondiale, mais la guerre de 1914 a connu également son lot d’horreur. C’est ainsi qu’Alphie voit sa meilleure amie Kalena et son père M. Janacek déportés sur l’Ile de Man. En effet, ce dernier était originaire de l’empire Austro hongrois, alors ami des Allemands.

John Boyne nous parle également le point de vue des Objecteurs de conscience, alors emprisonné durant cette période, et mis au ban de la société. Il a également choisi de parler des troubles psychiques dont souffrent les soldats. A cette époque, ces souffrances n’étaient pas reconnus, comme une vraie maladie, et les patients atteints étaient considérés comme fou.

En bref, un roman très intéressant pour les enfants à partir de dix ans, pour découvrir sereinement la première guerre mondiale à travers les yeux d’un autre enfant.

Je remercie « On lit plus fort », et Les Editions Gallimard jeunesse, pour m’avoir permis de découvrir ce livre en avant première, et pour leur confiance.

Ce livre sera disponible dès le 25 avril 2014, aux Editions Gallimard jeunesse, dans votre librairie.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Mon père est parti à la guerre de John BOYNE »

  1. Merci pour ce titre, j’ai Le garçon en pyjama rayé à lire et je pense que je lirai celui-ci ensuite! 😀
    P.S : Je viens de lancer une mini-revue sur mon blog pour mettre nos articles en avant tous les mois, si tu as un coup de cœur à partager (en lecture, en cuisine…), un challenge, un concours dont tu veux parler, tes articles sont les bienvenus. Le premier numéro est disponible ici : http://entrelespages.wordpress.com/2014/03/30/les-loupiotes-n01/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s