challenges·lectures 2013·Mes chroniques·Partenariats & Services Presses

Big Easy de Ruta Sepetys

Le 15 octobre 2013

Synopsis :

Polar et romance dans la Nouvelle-Orléans des années 50 : après Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre, Ruta Sepetys s’impose comme un grand écrivain.

Années 50 à La Nouvelle-Orléans. Josie Moraine, dix-sept ans, n’a pas tiré le gros lot. Fille d’une prostituée qui n’a rien d’une mère attentionnée, elle grandit dans une maison close du Quartier français, celui de la mafia, des affaires louches et des gens sans avenir.
Pourtant, Josie a un rêve : quitter cette ville, surnommée The Big Easy et pourtant si peu easy, pour entrer à Smith, prestigieuse université du Massachusette. Impliquée dans une histoire de meurtre, dépouillée par sa mère et endettée, tout pousse la jeune fille à suivre, elle aussi, la voie de l’argent facile. Mais Jo vaut beaucoup mieux que cela… et ceux qui l’aiment le savent bien.

Une histoire pleine d’action, de suspens et d’esprit, portée par une galerie de personnages lumineux et colorés.

956948673

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier les Editions Gallimard et l’équipe de « On lit plus fort » pour ce troisième partenariat.

Logo_Gallimard_jeunesse

Josie est une jeune fille qui vit dans le quartier français de la Nouvelle-Orléans, elle est la fille d’une prostituée, qui n’a pas une once d’amour maternel. Elle a grandi au sein d’une maison close. Elle vit aujourd’hui dans un petit appartement aménagé au dessus de la librairie ou elle travaille. Elle a très vite du apprendre à se débrouiller seule, et elle n’a qu’un rêve, aller à l’université, pour ne pas finir comme sa mère. Mais pour cela il faut de l’argent et surtout, il lui faudra le soutien d’ami(e)s qu’elle a nombreux, heureusement.

Sa mère est amoureuse, d’un petit escroc qui traîne avec le chef de la mafia locale, et bien sur, elle ne va pas hésiter une seule seconde, à mettre en danger la vie de sa fille et à prendre lâchement la fuite. Et pourtant contre toute attente, Josie arrive encore à trouver des excuses à sa mère, et à tenter de la protéger, tout au moins, au début.

Ce roman se lit très facilement, il est écrit à la première personne, et il y a de nombreux personnages très attachants. Comme Cookie, le chauffeur de la maison close, qui veille sur Jo (Josie), ou encore Willy, la Madam (mère maquerelle) de la maison close. Willy est une femme de poigne, elle a un caractère bien trempé, mais sous cette écorce rude, on peut découvrir un cœur tendre, elle protège Jo, et on devine qu’elle entretient une profonde affection pour elle. Dora et Sadie sont également des personnages attachants du roman et qui croit en la réussite de Jo.

Il y a aussi une jolie histoire d’amour qui se met en place, sans être la partie centrale du roman. Jo est bousculée dans un triangle amoureux, elle hésite entre Patrick, qui est son ami depuis toujours, et qui travaille avec elle à la librairie, puisque c’est celle de son père Charly, ou Jesse, un charmant jeune homme, qui a été en cours avec elle, et qui est fleuriste et accessoirement garagiste à ses heures perdues.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance de ce roman, un peu sombre, entre polar (puisqu’il y a tout de même une enquête sur un meurtre), et histoire d’amour, et pour son côté historique, car ce livre nous dévoile une partie de l’histoire et de la vie à La Nouvelle-Orléans dans les années cinquante, en particulier du côté des quartiers pauvres. Il y a une vraie rupture entre les différentes classes de la société de la Nouvelle Orléans, et Ruta Sepetys, nous le fait très bien ressentir.

Autre point qui m’a plu, Jo travaillant dans une librairie, il y a de nombreuses références littéraires en particulier dans la première partie du roman.

Quant à la couverture, même si pour ma part elle est en noire et blanc, puisque je possède une version non corrigée, je la trouve superbe.

Ce roman a été publié aux Editions Gallimard (collection Scripto) en octobre 2013.

Cette lecture compte pour le Challenge 1% de la Rentrée littéraire (13/18)

logorl2013

Publicités

9 réflexions au sujet de « Big Easy de Ruta Sepetys »

  1. Ces petites histoires qui mêlent romance, enquête, histoire d’une ville et qui ont pour support un personnage avec un vécu particulier m’attirent souvent et se révèlent tout aussi souvent être des coups de coeur. Merci pour la découverte!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s