challenges·lectures 2013·Mes chroniques·Partenariats & Services Presses

La saison de l’ombre de Leonora Miano

Le 02 septembre 2013

Synopsis :

« Si leurs fils ne sont jamais retrouvés, si le ngambi ne révèle pas ce qui leur est arrivé, on ne racontera pas le chagrin de ces mères. La communauté oubliera les dix jeunes initiés, les deux hommes d’âge mûr, évaporés dans l’air au cours du grand incendie. Du feu lui-même, on ne dira plus rien. Qui goûte le souvenir des défaites ? »

Nous sommes en Afrique sub-saharienne, quelque part à l’intérieur des terres, dans le clan Mulungo. Les fils aînés ont disparu, leurs mères sont regroupées à l’écart. Quel malheur vient de s’abattre sur le village ? Où sont les garçons ? Au cours d’une quête initiatique et périlleuse, les émissaire du clan, le chef Mukano, et trois mères courageuses, vont comprendre que leurs voisins, les BWele, les ont capturés et vendus aux étrangers venus du Nord par les eaux.
Dans ce roman puissant, Léonora Miano revient sur la traite négrière pour faire entendre la voix de celles et ceux à qui elle a volé un être cher. L’histoire de l’Afrique sub-saharienne s’y drape dans une prose magnifique et mystérieuse, imprégnée du mysticisme, de croyances, et de « l’obligation d’inventer pour survivre. »

Electre_978-2-246-80113-9_9782246801139

Mon avis :

J’ai eu la chance de découvrir en avant-première, le tout nouveau roman de Leonora Miano : La saison de l’ombre, grâce à l’opération « On vous lit tout ! » organisée par Libfly et le Furet du nord.

1795

Ce roman est une quête initiatique menée par Mukano, le chef du village, ainsi que quelques femmes courageuses pour découvrir ce qu’il est advenu des fils aînés du village. C’est un roman empreint de culture et de tradition, ou les croyances anciennes sont très présentes. Mais c’est également un témoignage et une dénonciation, de la traite négrière.

Ce que j’ai aimé dans ce roman c’est son rôle d’information, car si bien sûr comme tout le monde j’ai la connaissance de l’esclavage, en Afrique, je n’étais absolument pas au courant de la complicité de certains africains attirés par l’appât du gain. Derrière cette dénonciation, le roman est également très sombre, en effet, comment surmonter la perte de l’être cher, et surtout comment continuer à vivre, en ne sachant pas ce qu’il est advenu de lui.

J’ai aimé ce roman, l’écriture est très belle, presque poétique à certains moments. Mais le manque de vrai dialogue m’a un peu dérangé, je ne suis pas habituée à ce style d’écriture, à la troisième personne. J’ai donc eu du mal à m’attacher aux personnages, un peu comme si je survolais le livre sans jamais vraiment y rentrer complètement, c’est dommage.

Je ne connaissais pas du tout cette auteure, et pour moi ça reste une belle découverte, de part l’écriture qui comporte une grande légèreté et de nombreuses envolées poétiques. A découvrir !

Ce roman est disponible depuis le 02 septembre 2013 aux Editions Grasset.

Ce livre compte pour le challenge 1% de la rentrée littéraire 2013. 6/6 (prochain objectif 2%)

logorl2013

Publicités

Une réflexion au sujet de « La saison de l’ombre de Leonora Miano »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s