lectures 2013·Mes chroniques·Mes coups de cœur ! <3·séries - sagas - feuilletons...

Le Tourneur de Page, tome 1 : Passage en Outre Monde de Muriel Zürcher

Le 22 mai 2013

Synopsis :

La vie sous la Bulhavre est sévèrement réglementée.
Aussi, le jour où Alkan bricole une planche à roulettes, il n’a d’autre choix pour la tester que d’enfreindre la règle du couvre-feu. Et c’est juché sur son engin qu’il heurte de plein fouet Liriana. Pire ! Il brise sa misphère, cet élément greffé sur le ventre à la naissance des enfants et contrôlé à distance par les tourneurs afin de réguler l’état de santé physique et psychique des habitants. Liriana lui révèle qu’elle s’est enfuie en Outre-Monde après s’être résolue à arracher sa misphère.
Malgré les risques, Liriana et ses compagnons reviennent régulièrement dans la Bulhavre pour aider les fugitifs. La tourneuse alpha Iriulnik les traque sans répit.

couv16972521

Mon avis :

J’ai découvert ce livre, il y a peu, chez Pluie de Livres. Je suis vraiment étonnée de ne pas en avoir entendu plus parlé que cela. Pour moi ce livre est un énorme coup de coeur, et il mérite vraiment qu’on s’attarde sur lui quelques instants.

Ce livre est un roman classé jeunesse / Young Adult, catégorie Fantastique et plus précisément dystopique. Bref, un livre qui réunit tous les ingrédients pour me plaire. Et c’est le cas. Au début du roman, nous faisons la connaissance de deux jeunes frères qui vivent paisiblement (en apparence) dans la « bulhavre ». Il s’agit en fait d’une ville à part entière, censée protéger l’humanité, des dangers extérieurs de la nature. L’homme a été trop loin dans l’exploitation des ressources naturelles, et par conséquent, les survivants vivent à l’intérieur de ce havre de paix, pour permettre à la nature de se régénérer. Celui qui garde, dirige, et protège se nomme Le Tourneur de Page.

« À l’exception des patrouilleurs, personne ne sortait avant l’heure fixée par la règle 213. Pour la préparation de son forfait, Alkan avait donc tablé sur un risque de collision s’approchant de zéro. Bien sûr, dévaler la rue sur un chariot à roulettes, les yeux fermés fermés, n’était pas pour autant la chose la plus intelligente à faire. »

Au premier abord, on a l’impression que la paix règne et qu’aucun débordement n’existe dans cette société. Mais en fait c’est tout le contraire, un peu comme dans toute dystopie qui se respecte. Tout manquement ou tout débordement est rapidement signalé aux Tourneurs (ce sont des sortes de gardiens). La délation est souvent présente même pour les enfants. Alkan est un fonceur, il est aventurier et aime prendre des risques. Son frère, Tahar, lui, est un rêveur  il aime dessiné, et ne peux s’en empêcher, or c’est complètement interdit par le livre qui régit les lois sous la Bulhavre.

« «  Personne ne saurait représenter la vie  », une autre règle du manuel. Les parents, les maîtresses, les voisins le lui avaient répété de mille et une façons, sur tous les tons. Même s’ils n’esquissaient qu’un objet, les enfants s’exposaient à des critiques. Tous comprenaient rapidement qu’il convenait d’éviter ce mode d’expression. »

 Ce roman démarre rapidement dès les premiers chapitres, il n’y a aucun temps mort, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Nous suivons tour à tours plusieurs personnages. Alkan qui va n’avoir d’autre choix que de quitter la Bulhavre avec l’aide de rebelles. Tahar qui aura été dénoncé par ses propres parents, et qui va être emmené de force dans un pensionnat « Le collège des Potentiels », dont il n’aura qu’un seul but, s’échapper. Mais aussi Iriulnik et son complice et compagnon Rustor, les Tourneurs, cruels et sanguinaires qui n’auront de cesse que de traquer les rebelles.

« – Allons, allons, mon garçon, sois raisonnable  ! Je n’aimerais pas recommencer comme lors du dernier interrogatoire. Un brave type venu chercher son potentiel de fils. J’ai dû changer mon tapis tellement il était taché de sang. Tu ne voudrais pas salir mon tapis, n’est-ce pas ? Tu parleras de toute façon. Un conseil  : fais-le maintenant ! »

J’ai aimé plusieurs chose dans ce livre, tout d’abord l’écriture habile et dynamique de l’auteur, qui m’a vraiment fait voyager dans un univers vraiment original, riche, et surtout avec un suspens haletant sans temps mort. J’ai également apprécié les personnages, je m’y suis vraiment attachée.

Je n’ai qu’une seule hâte c’est de commencer le tome 2, qui a d’ores et déjà rejoint ma PAL.

9782353661725

Ce livre a été publié aux Editions Eveil et Découvertes (collection Vendredi Soir) en 2011.

Publicités

12 réflexions au sujet de « Le Tourneur de Page, tome 1 : Passage en Outre Monde de Muriel Zürcher »

  1. Ah je suis contente que tu aies aimé !!! C’est même un coup de cœur pour toi, génial :-D. Le second tome reste sagement dans ma PAL en attendant d’avoir une information sur la sortie du tome 3, pour éviter que j’attende un an entre les deux ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s