lectures 2013·Mes chroniques·séries - sagas - feuilletons...

Glitch, tome 1 de Heather Anastasiu

Le 03 avril 2013

Synopsis :

L’amour est une arme.
Dans une société souterraine ou toute émotion a été technologiquement éradiquée, Zoe possède un don qu’elle doit à tout prix dissimuler si elle ne veut pas être pourchassée par la dictature en place.
L’amour lui ouvrira-t-il les portes de sa prison ?

Il y a deux siècles de cela, l’humanité a payé au prix fort ses appétits démesurés lorsque le feu de mille armes nucléaires a littéralement rasé la surface de la planète. Sous terre, au sein de la Communauté, la souffrance et la guerre ne sont plus que de lointains souvenirs : des puces implantées dans le cerveau de ses membres ont permis d’éradiquer enfin toutes ces émotions qui ont bien failli mener les hommes à leur perte.
Lorsque la puce de Zoe, une adolescente technologiquement modifiée, commence à glitcher (bugger), des vagues de sentiments, de pensées personnelles et même une étrange sensation d’identité menacent de la submerger. Zoe le sait, toute anomalie doit être immédiatement signalée à ses Supérieurs et réparée, mais la jeune fille possède un noir secret qui la mènerait à une désactivation définitive si jamais elle se faisait attraper : ses glitches ont éveillé en elle d’incontrôlables pouvoirs télékinésiques…
Sa liberté nouvellement acquise va toutefois lui donner des ailes et, tandis que Zoe lutte pour apprivoiser ce talent dévastateur tout en restant cachée, elle va rencontrer d’autres jeunes Glitchers : Max le métamorphe et Adrien, qui a des visions du futur. Ensemble, ils vont devoir trouver un moyen de se libérer de l’omniprésente Communauté et de rejoindre la Résistance à la surface, sous peine d’être désactivés, voire pire…

couv60687710

Mon avis :

J’ai ce roman depuis quelques mois dans ma « Pal », mais je n’avais pas encore eu l’occasion de l’en sortir, et puis surtout, en lisant la quatrième de couverture, j’ai eu peur de faire la comparaison avec une autre dystopie sur le même thème, à savoir Delirium.

En fait, delirium et Glitch sont assez différents pour ne pas faire l’amalgame, donc pas de soucis pour moi, j’ai apprécié ma lecture.

Dans Glitch, comme dans presque toutes les dystopies, il s’est passé il y a plusieurs années (ici on parle environ de deux siècles), une catastrophe due à l’homme et aux guerres nucléaires, une poignée de survivants vit sous la surface, dans des tunnels, et des sous-sols et pour ne plus que se reproduise une telle catastrophe, les habitants sont munis d’une puce électronique dans le cerveau, empêchant tous sentiments, qu’ils soient positifs ou négatifs, et les contraignants à se soumettre au « Lien ».

« Je recule d’un pas en me masquant la figure des deux mains. Toute exposition, même la plus brève, à l’air de la Surface s’avère fatale. Si le sujet exposé aux émanations toxiques n’est pas fauché instantanément, les tumeurs finiront à la longue par le ronger de l’intérieur. Je m’apprête à prendre la fuite et à dévaler les marches que je viens d’escalader quand Adrien me saisit par le bras. Je pousse un cri d’horreur :

— Lâche-moi ! Tu veux donc mourir ? »

C’est le « lien » qui contrôle les individus, c’est lui qui choisi leur avenir, leur partenaire (On parle ici de cellule familiale), leur études (ou pas), leur futur métier. Chaque individu a sa place dans la société, et ne peut en changer. Tout dysfonctionnement ou « Glitch » est immédiatement signalé. Il s’agit en fait d’une véritable dictature. Il n’y a aucune place à la fantaisie, à l’amour ou même à la couleur. Leur lien de vie est sombre et gris, il n’y a aucune couleur, les habitations sont toutes identiques et modélisées. Le « Glitch » est en fait un dysfonctionnement technique qui provoque la déconnexion du réseau.

« Je payerais cher pour rentrer dans le giron du Lien. Au bout de quelques Credos, l’alarme de mon moniteur finit par s’éteindre. Combien de fois s’est-il affolé aujourd’hui ? J’ai dû déclencher l’alerte dans les locaux des Systèmes Centraux. J’ai envie de me mettre des gifles. Ma bêtise et ma négligence sont impardonnable »

Je dois dire que dans les premières pages, j’ai eu un peu peur, car la science fiction, l’électronique et les robots, très peu pour moi. J’ai eu peur que ce soit trop futuriste. Et en fait, une fois passé cet a priori, j’ai vraiment complètement adhéré.

« Je me recoiffe à la va-vite et frôle du bout des doigts le port USB installé à la base de ma nuque. Il ne m’en faut pas plus pour que mon sourire s’évanouisse. On implante à la naissance ce connecteur chez tous les sujets qui composent notre Communauté : très discret, l’appareil mesure moins de deux centimètres de longueur pour quelques millimètres à peine en largeur. De part et d’autre, des câbles équipés de micro-filaments lumineux tracent des motifs que l’on discerne sous la peau. Ce port est relié à la puce anti-violence, la puce A-V, logée à la base du cerveau ; c’est cette puce qui nous connecte tous au Lien. »

L’écriture est très fluide, il n’y a aucun temps mort, le livre est raconté du point du vue de Zoé. J’ai apprécié l’idée des dons des glitchers, et ça m’a fait penser à Autre Monde de Maxime Chattam, ou les « Pans », développent peu à peu un don différent, et apprennent à le maîtriser. J’ai dévoré ce livre en vingt quatre heures, je n’ai plus réussi à le lâcher.

Comme dans toute dystopie qui se respecte, il y a également une romance qui s’établie. Un triangle amoureux s’installe très vite. Il y a Zoé, l’héroïne qui se met à « glitcher » dès le début du livre, si ça lui fait très peur, elle est parfois également subjuguée par ce qu’elle découvre. Ensuite il y a Adrien, qui lui porte secours une première fois, il se dit « glitcher », et il veut tout faire pour l’aider. Et ensuite, il y a Max, qui est en cours à l’académie avec elle, et qui « glitche » également. Il est assez pressant avec Zoé, sentimentalement parlant, et ça met Zoé mal à l’aise. Adrien et Max, sont diamétralement opposé,  si les deux garçons désirent protéger Zoé, et sont amoureux d’elle, l’un lutte également pour la cause des Glitchers, et l’autre pense avant tout à sa propre sécurité.

« — Et les autres, qu’en faisons-nous ?

— Quoi, les autres ? grogne Max, le front soudain soucieux.

— Tous ces gens condamnés à une vie d’esclave ? Comment peut-on rester assis à se gaver de gâteau alors qu’ils vivent dans la misère et la servitude ?

— Là, cela dépasse nos compétences. La seule solution, c’est de nous sauver nous-mêmes. Ne te préoccupe pas d’eux. Oublie-les, ces minables…

— Tu me proposes une vie très agréable, Max, vraiment, mais j’aurais mauvaise conscience si nous possédons tout quand d’autres n’ont rien. Le Réseau peut nous exfiltrer et, en nous ralliant aux résistants, nous pouvons apporter notre aide à ces laissés-pour-compte. »

Je suis impatiente de lire la suite, d’autant que je possède depuis peu le tome 2 dans ma PAL.

Ce livre a été publié aux Editions Robert Lafont (« R ») en 2012

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma note : ♪♪♪♪

Publicités

25 réflexions au sujet de « Glitch, tome 1 de Heather Anastasiu »

  1. Comme toi, j’ai eu un peu peur au début et finalement, j’ai passé un bon moment. J’ai hâte de lire la suite ! Je ne sais pas si tu l’as déjà lu, mais je te conseille aussi Version Beta. Le thème ne me tentait pas et finalement, j’ai adoré !

    J'aime

  2. je ne sais pas, ton billet est tentant mais je n’aime pas le fantastique! alors là, l’autre monde doublé de la robotique…malgré tout ton avis insiste surtout sur les sentiments de Zoé, son côté « humain »! alors je suis indécise!

    J'aime

    1. Oui ! C’éra avant de dire que tu n’es pas tentée, as tu déjà essayé ce type de lecture ? C’est vrai que c’est différent de ce que tu as l’habitude de lire.

      J'aime

      1. Euh… Non je ne crois pas avoir déjà tenté une lecture comme celle-ci parce que c’est vrai que ce n’est pas un genre vers lequel je vais naturellement. Tu as raison, je devrais peut-être essayer, au moins pour me faire une idée précise. Mais il reste que ça n’est pas dans mes envies du moment. Pendant les vacances d’été peut-être? 🙂

        J'aime

  3. J’aime bien les couleurs de la couverture ! 🙂
    Sinon concernant le résumé, j’ai tout de suite fait le rapprochement avec Délirium… mais ton avis attise ma curiosité… s’il croise ma route pourquoi pas ! ^^

    J'aime

    1. Il est assez différent de Delirium, pas de soucis. 🙂
      Si tu as aimé en tout cas Délirium, c’est tout de même le même type de lecture, il devrait te plaire, je pense.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s