lectures 2013·Mes chroniques·Mes coups de cœur ! <3

Hate List Jennifer Brown (2012)

Le 25 janvier 2013

Résumé

« C’est moi qui ai eu l’idée de la liste. Je n’ai jamais voulu que quelqu’un meure. Est-ce qu’un jour on me pardonneras ? »

C’est ce que pense Valérie, effondrée après un drame inexplicable survenu au lycée. Son petit ami, Nick, a ouvert le feu dans la cafétéria, visant un à un tous les élèves de la liste. Cette fameuse liste qu’ils ont écrite pour s’amuser et où figurent ceux qui étaient odieux, lâches, méprisants dans l’établissement. Maintenant, ils sont blessés ou morts. Et Nick s’est suicidé, emportant son secret pour toujours. Mais Valérie elle, est toujours là, enfermée dans une bulle de questions sans réponses? Jusqu’au matin, où elle se lève et quitte sa chambre pour retourner au lycée…

Hate List
Mon avis :

Depuis quelques mois dans ma PAL, Hate List fait parti de mes Babys challenges Livraddict, un bon prétexte, pour le découvrir.

Je ne sais pas si c’est parce que les tristes évènements du 14 décembre 2012 aux USA à Newton, sont encore dans ma mémoire, mais ce livre m’a bouleversé, en tant que mère de famille, bien sur.

J’ai aimé la construction du livre, qui alterne les chapitres juste avant le moment de la fusillade, et après. Il nous permet d’essayer de comprendre. Bien sur, il s’agit ici d’une fiction. Mais quand des faits divers atroces arrivent, nous avons tendance à écouter les médias, qui parfois déforment la réalité. Ce livre m’a parmi de faire le chemin : je m’explique.

Au début, du bouquin, nous découvrons une Valérie survivante de la fusillade, soupçonnée de complicité, puisque Nick était avant tout son petit-ami, mais qu’elle était au courant pour la fameuse Liste. Nous découvrons peu à peu, comment celle-ci a été créée, pourquoi, et dans quelle circonstances. Valérie au début, m’a paru assez antipathique, je ne sais pas pourquoi, au premier abord, elle avait tout pour être heureuse. Mais ce n’était en fait qu’un mirage.
On comprend assez vite que c’est bien plus compliqué. Le comportement de ses parents m’a révolté, je n’en dirai pas plus, mais je me suis ensuite assez vite attachée à Val, qui souffrait moralement et psychologiquement. Elle n’a jamais voulu la fusillade bien sur.
La vérité, c’est que j’avais peur d’aller à la cérémonie. J’avais peur d’affronter tous ces gens. Peur de voir  qu’ils croyaient  ce qu’ils avaient lu dans les journaux ou vu à la télé sur moi, que j’étais une tueuse. Peur de le lire dans leur regards : Tu aurais mieux fait de te suicider, comme lui, même si personne n’oserait le dire tout haut.

La liste était mon idée. Mon invention. C’est moi qui l’ai commencée, et c’est moi qui l’ai poursuivie. Elle est à l’origine de l’amitié entre Nick et moi ; c’est elle qui nous soudait. Grâce à elle, ni lui, ni moi, on ne se sentait plus jamais seul.

Le seul bémol, je dirai dans ce livre, c’est que j’aurai voulu en savoir plus sur Nick, pour « comprendre » son geste. Nous savons que Nick était un ado assez introverti, en retrait des autres et de la société. Mais nous n’en savons pas plus. Nous ne savons pas vraiment ce qui l’a poussé à sauter le pas.

Le comportement des médias m’a révulsé, comme trop souvent aujourd’hui que ce soit à la télévision, ou dans les journaux.

Il était un peu à l’ouest, explique Stacey Brinks à nos reporters. Il avait une copine et il avait pleins d’amis. Oui, parfois il parlait de suicide, beaucoup même, mais jamais je ne l’ai entendu dire qu’il voulait tuer des gens. En tout cas pas devant nous. Peut-être que Valérie était au courant, mais pas nous.

La fin est tout simplement émouvante et m’a fait pleurer comme une madeleine. Ce livre est intense, il parle d’un sujet difficile. C’est une fiction mais tellement réaliste, qu’il nous fait ressentir tout un tas d’émotion, et de sentiments : pitié, colère, tristesse, tolérance et pardon…

Aujourd’hui les journaux annoncent que nous avons renoncé à la haine…
Je ne sais pas s’il est possible d’arracher la haine du coeur des gens. Même du notre, alors que nous avons été les témoins directs des ravages qu’elle peut provoquer. En tout cas, aujourd’hui nous souffrons, tous. Et nous souffrirons encore longtemps. Mais nous, sans doute plus que quiconque présent ici, sommes obligés de poursuivre en cherchant à établir une nouvelle réalité. Une réalité meilleure.

Je vous le conseille vivement !

Ce livre est paru aux Editions Albin Michel en 2012

Ma note : ♪♪♪♪♪

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s