Lectures 2012·Mes coups de cœur ! <3

16, rue d’Avelghem de Xavier Houssin

Le 28 décembre 2012

Résumé :

À Roubaix, dans le Nord de la France, une maison abrite la famille Lapierre et leurs nombreux enfants. 16, rue d’Avelghem est la chronique émouvante d’un quotidien fait de joies, de colères et de chagrins, l’histoire de trois générations avec, pour toile de fond, les bouleversements du XXe siècle.

16, rue d'avelghem
Mon avis :

J’ai reçu ce livre en cadeau de Noël, de la part d’une copine, originaire du Nord comme moi. Elle avait eu un coup de cœur pour ce roman et elle désirait me le faire découvrir, elle ne s’est pas tromper.

Ce roman est une petite merveille. Dès le départ, j’ai eu l’impression de rentrer chez moi ou plutôt chez ma grand-mère, en découvrant la maison du 16, rue d’Avelghem.

J’ai apprécié les chapitres très courts, retraçant l’histoire d’une famille de Roubaisiens, au début des années 30, qui va louer une maison 16, rue d’Avelghem. La vie n’est pas facile à cette époque, pour les familles d’ouvriers. La maladie, le dur labeur, la guerre, vont venir plusieurs fois endeuiller cette famille. Mais cette époque c’est également, le courage et l’entraide, on se sert les coudes et on partage.

La maison va peu à peu se transformer, au fur et à mesure des années, le jardin va prendre vie. Puis avec le temps, quand les nombreux enfants vont quitter le nid familial, pour voler de leurs propres ailes,  elle va s’endormir peu à peu, le premier étage d’abord, puis la verrière et le jardin…

Ce roman est un véritable coup de cœur, il a su toucher mon cœur de fille du Nord, et à la fin, j’ai même eu les larmes aux yeux.

Morceaux choisis :

Cyrille a retourné le jardin. Fauché l’herbe. Arraché les mottes de chiendent. Les racines des orties. Des brouettes et des brouettes vidées dans le canal, là-bas. Au milieu, maintenant sèche une grosse meule de foin. Ça sent bon la campagne. Il a attendu jusqu’au 24 juin pour y mettre le feu. Les chiffons imbibés de pétrole brûlent au bout de la torche. Il l’a passée à Jean. « Tu t’en souviendras cette année de ta fête. » a-t-il dit en lui ébouriffant la tignasse.

Un fracas de verre brisé dans la rue. Et en même temps que le sol tremblait, un formidable bruit d’explosion. « Tout le monde à la cave ! » a crié Joseph. Ils sont restés un quart d’heure entre les pots ou poussent les chicons et la maigre réserve de patates. Il ne se passait plus rien. Joseph
est sorti dans la rue pour voir.

Ce livre est paru aux Editions J’ai Lu en 2011.

Ma note : ♪♪♪♪♪

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s