Lectures 2012·Lectures Communes·séries - sagas - feuilletons...

La mort n’est pas un jeu d’enfant d’Alan Bradley

Le 25 novembre 2012

Résumé :

Flavia de Luce, détective en herbe impertinente, malicieuse et intrépide, se lance dans une nouvelle enquête ! Rupert Porson, un marionnettiste de passage à Bishop’s Lacey, est assassiné en pleine représentation. Qui a pu commettre un tel acte – et pourquoi ? Flavia est suffisamment intriguée pour tenter d’éclaircir le mystère, mais elle devra prendre garde à ne pas s’approcher trop près de celui qui tire secrètement les ficelles de cette danse macabre…

flavia2
Mon avis :

Après avoir découvert le premier tome des Aventures de Flavia, il y a peu, et malgré un avis mitigé, j’ai suivi l’enthousiasme de Stéphanie, et je me suis laissée convaincre pour une nouvelle lecture commune avec elle, ainsi qu’Ingrid, pour le tome 2 : La mort n’est pas un jeu d’enfant.

Je dois vous dire que c’est une bonne surprise, j’ai trouvé ce tome bien meilleur que le précédent, pour plusieurs raisons. Tout d’abord l’intrigue elle-même, que j’ai trouvé plus intéressante, vraiment originale et mieux ficelée par l’auteur, j’ai longtemps hésité avant de découvrir le coupable. Ensuite, le fait de déjà connaitre les personnages, est un plus, on va dire que j’ai eu un peu l’impression de retrouver une famille.

J’ai trouvé Flavia beaucoup plus attachante que lors du premier tome, c’est une enfant surdouée certes, mais je l’ai trouvé plus malicieuse, l’accent est également moins mis sur son savoir, on la découvre plus fragile, et l’on devine aisément le manque qu’elle peut ressentir avec une mère qu’elle n’a pas connu, et un père si peu démonstratif, quant à ses sœurs n’en parlons pas, elles passent leur temps à la torturer moralement. Je suis donc complètement tombée sous son charme.

Le contexte historique est décrit plus précisément, le manoir est également un peu plus au centre de l’intrigue. On découvre également un nouveau personnage de la famille De Luce, avec la tante Félicité, personnage qui au premier abord parait détestable, mais qui cache bien son jeu.

L’écriture d’Allan Bradley est agréable, et beaucoup plus facile à lire que dans le premier tome, je l’ai trouvé beaucoup moins rébarbative. C’est toujours Flavia qui nous conte l’histoire, filant aux quatre vents, sur Gladys la bicyclette héritée de sa mère.

Morceaux choisis :

La plupart du temps, je me sentais comme un imposteur, un enfant substitué à quelqu’un d’autre, le remplaçant en toile grossière d’une fille chérie fauchée par le destin et précipitée du haut d’une montagne dans un pays très lointain.

En conclusion, je dirai que cette lecture fut un plaisir et que je compte bien découvrir la suite d’ici quelques mois.

Ma note : ♪♪♪♪

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s