Lectures 2012·Mes coups de cœur ! <3·Partenariats & Services Presses

Défendre Jacob William Landay (2012)

Le 11 novembre 2012

Résumé
Depuis vingt ans, Andrew Barber est procureur adjoint du comté de Massachusetts. Admiré par ses pairs pour sa combativité au tribunal, respecté de la communauté, il est aussi un père de famille heureux, veillant sur sa femme Laurie et leur fils Jacob. Quand un crime atroce secoue la quiétude de sa petite ville, c’est la foudre qui s’abat sur lui : son fils de 14 ans est accusé du meurtre d’un camarade de classe. Andrew ne peut croire à la culpabilité de Jacob et va tout mettre en oeuvre pour prouver son innocence. Mais à mesure que les indices à charge s’accumulent et que le procès approche, certaines révélations surgies du passé sèment le doute et menacent de détruire son mariage, sa réputation et sa foi en la justice. Le dos au mur, Andrew devra faire face au pire dilemme de sa vie : choisir entre la loyauté et la vérité pour défendre cet adolescent qu’il connaît si mal.

defendrejacob
Mon avis :
Je tiens tout d’abord à remercier Livraddict et Les Editions Michel Lafon pour ce partenariat. Ce livre était dans ma liste d’envie depuis quelques jours. Et je ne me suis pas trompée, c’est un énorme coup de cœur.
La couverture m’a attirée de suite, cet œil vert étincelant sur ce visage palot, a su capter directement mon regard, comme si la réponse à la question coupable ou non coupable se trouvait là. Il n’en est rien bien sûr, et la grande force de ce roman et de nous faire douter jusque la fin.
L’essentiel du roman se passe au tribunal ou durant le procès. Le rythme du livre est donc assez lent, et nous permet de comprendre comment se passe la justice américaine, un peu différente de la nôtre.  Mais ce rythme lent ne m’a absolument pas dérangé, au contraire. Il permet de cerner l’état d’esprit des différents personnages et en particulier des trois personnages principaux à savoir Jacob et ses parents.
Le narrateur n’est autre que le père de Jacob, ancien procureur adjoint du comté du Massachusetts. Il nous livre ses sentiments, sa certitude de l’innocence de son fils. Sa femme Laurie, quant à elle, nous apparaît beaucoup plus fragile, elle doute sans cesse, elle a peur, et pourtant malgré tout, elle tentera de protéger Jacob. Ce dernier est un adolescent taciturne et introverti. Personnellement durant toute ma lecture, je n’ai fait que changer d’avis, au début je ne pouvais pas croire qu’un gamin de quatorze ans puisse commettre un crime aussi atroce. Puis j’ai commencé à douter dans un sens et dans un autre. Je ne vous dirai bien sûr pas ce qu’il en est pour ne pas gâcher votre lecture.
L’écriture de William Landay est très agréable, et très riche, il maîtrise parfaitement la psychologie des différents personnages et il est très facile de se mettre à leur place, car il n’y a pas que le procès, il y a aussi la survie durant l’attente de celui-ci et pendant celui-ci. Cette famille est mise au ban de la société, ils perdent tout soutien, que ce soit des voisins, des collègues ou des amis proches. La pression de la presse ou de la télévision est immense.
Le rythme du livre s’accélère soudainement dans les cent dernières pages du livre pour atteindre son paroxysme dans les toutes dernières. La fin est tout simplement époustouflante et surprenante.
Morceau choisi :

  •                 Laurie, tu n’as pas répondu à ma question. Je t’ai demandé ce que toi, tu en pensais. Tu es d’accord que c’est ridicule de penser que Jacob ait pu faire une chose pareille ?
  •                 Je pense que c’est très difficile à imaginer, oui.
  •                 Mais tu peux l’imaginer ?
  •                 Je ne sais pas. Toi non, Andy ? Tu ne peux même pas te l’imaginer ?
  •                 Non, impossible. Il s’agit de notre fils quand même…

En conclusion, je dirai que ce livre est tout simplement génial, il nous tient en haleine jusque la toute dernière page, et il réunit tous les ingrédients d’un bon policier ou d’un bon thriller psychologique en moins angoissant. Je pense qu’il m’a particulièrement touché en tant que mère de famille, ma fille a presque l’âge de Jacob, et en tant que parent, il est assez facile de se mettre à la place du narrateur.

Ma note : ♪♪♪♪♪

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s